AccueilLa Trilogie autrichienneDes polars qui font voyagerLa Trilogie de la Kabbale La série américaine Événements

 

Accueil / Commentaires des lecteurs - La trilogie de la Kabbale

Commentaires des lecteurs - La trilogie de la KabbaleÉditions PHILEAS

 

Commentaires de lecteurs et lectrices des aventures et mésaventures du consultant international Claude Rembeau.

Envoyez vos commentaires à info@editionsphileas.ca.

 

 

La trilogie autrichienne | Des polars qui font voyager | La trilogie de la Kabbale

 

 

Commentaires de lecteurs et lectrices concernant la Trilogie de la Kabbale
(Éthiopie, Bruxelles, Italie)

apostropheTes polars sont difficiles à déposer. Une fois que l'on commence à les lire, on ne veut plus s'arrêter! J'ai bien aimé lire sur l'Éthiopie, un pays que je ne connais pas du tout. Je m'arrêtais à plusieurs reprises pour consulter Wikipedia et voir des images du pays et lire aussi sur la situation politique Ciao! - LV

 

 

apostropheJe viens de terminer ton livre sur Rembeau en Éthiopie que j’ai beaucoup aimé. J’ai appris bien des choses puisque je ne savais pas que le poète Rimbaud y avait séjourné ou que la religion jouait un si grand rôle dans ce pays. J’ai regardé une carte du pays pour mieux apprécier ton histoire et ai lu dans Google. Cela a toujours été un pays qui m’intéressait. J’ai lu vite, en quelques jours, car j’aime les polars et veux toujours savoir comment les choses vont se dérouler. J’avoue que je ne m’attendais pas à la fin et me demandais comment Rembeau allait s’en sortir. J’aime la complexité des intrigues et la logique dans laquelle elles se déroulent. Les histoires sont bien pensées et sont plausibles. - D. auteure

 

 

apostropheJe viens de terminer Rembeau en Éthiopie: Trésors perdus d'Abyssinie. J'ai beaucoup aimé cette nouvelle aventure de Claude Rembeau. J’ai beaucoup appris sur l'Éthiopie, son histoire, ses trésors culturels et religieux, ses œuvres d'art, ses monastères, son unique patrimoine, sa position géopolitique, et le fait que c'est un pays d'Afrique très différent des autres. J'avais l'impression de faire partie de l'odyssée sur la fameuse route historique du nord. J'ai bien aimé l'intrigue, les différents personnages, le problème très bien exposé du trafic des œuvres d'art, le dénouement. Vraiment un polar très réussi et un Claude Rembeau plus humain qui décrit très bien ses états d'âme, ses problèmes avec le sommeil, ses doutes, ses émotions ainsi que celles des autres personnages. Même si c'est un polar de fiction, proche de la réalité et toujours dans un contexte politique et diplomatique très d'actualité. - Jean-C. ex-haut-fonctionnaire

 

 

apostropheJe trouve le titre « L’inconnu du boulevard du Midi » excellent…il y a dans ce titre quelque chose de mystérieux qui annonce un polar différent des autres, qui présente un défi. L’histoire est surprenante parce qu’elle est centrée sur le couple Claude Rembeau/Françoise Lapointe. L’intrigue est bien bâti, logique implacable, une certaine lenteur au début mais qui s’accélère vers la fin. Les personnages sont bien définis. Rien à ajouter ou enlever. Les références au contexte sont très réussies. Bruxelles n’a plus de secrets pour moi qui n’y ai jamais été (avec les cartes incluses) pour ce qui est des trésors d’arcchitecture, musées à visiter, retaurants/hotels; son histoire, contexte politique (Wallons/Flamands ) très bien expliqué, le coté terrorisme islamique très d’actualité. Cette partie très importante du polar (le cœur du roman/l’aspect humain) est bien balancée en termes d’émotions; bien aimé la progression et la fin (Marion/Françoise). L’écriture est très fluide, le polar se lit très facilement (la force de l’écrivain); la partie scientifique (Marius) très bien écrite, facilement compréhensible pour le lecteur. J’ai bien aimé ce roman/polar. L’histoire est crédible avec de bons rebondissements et de belles trouvailles. L’aspect humain/émotionnel est particulièrement bien réussi. - JCD

 

 

apostropheL’inconnu du boulevard du Midi est une histoire d’amour tournant autour de la question de l’amnésie. Les personnages sont attachants tout de même, et bien campés. Point fort : la description des personnages et le déroulement des événements font ressortir les petits travers des uns et des autres, de l’administration, des hôtels, des personnes. La présentation de la situation linguistique et politique complexe de la Belgique est intéressante. La description des lieux nous fait visiter/retrouver Bruxelles. Le sujet des relations amoureuses sur fond d’amnésie est bien présenté et intéressant. Oui, c’est très bien écrit et rythmé, ce qui incite le lecteur à continuer. Les citations de Brel en exergue enrichissent l’ouvrage. J’ai aimé le triangle amoureux, le traitement de la question de l’amnésie, la description des travers des gens, le recoupement de plusieurs couches de personnages et de situations, le rythme de l’écriture. - M.J

 

 

apostropheÀ la lecture de la « filière italienne », j'ai toujours du mal à m'imaginer que le monde puisse être si compliqué! Dans la Filière italienne ce pauvre Marco ne s'était pas encore remis de la mort de Rembeau que voilà ! Il est au centre d'une aventure dont il ne voulait pas être l'acteur principal! Lire la Filière italienne est comme voir un film de James Bond! On n’a pas le temps de souffler, comme Marco d'ailleurs! Il faut toujours repartir à la course pour suivre la trame d'une exploitation culturelle et historique. Comme dans la vie réelle et cruelle, on ne voit pas toujours la distinction entre amis et ennemis, il y a doute et confusion, tout ce que l'on retrouve dans la Filière italienne. C'est une lecture captivante! Félicitations! - LV

 

 

apostropheL'intrigue de la Filière italienne est très, très bonne, beaucoup de surprises, de bonnes analyses, le lecteur saisit pourquoi Marco prend telles décisions. La fin est surprenante. Les partenaires d'enquête apportent une belle dynamique. Et quand on a lu les deux livres précédents, c'est réconfortant de voir réapparaître certains d'entre eux. Côté intrigue, c'est cohérent et très bien réussi.

 

 

apostropheJe pense que la répartition de ton histoire sur trois volumes s'est faite d'une façon bien équilibrée, montrant que les héros peuvent devenir des victimes. Ce qui apporte de la profondeur psychologique aux thèmes et à leur traitement. L'évolution sociale et politique qui est à la base de ton écriture ne saurait nier la part de fatalité qui guette les acteurs de ton histoire.

 

 

apostropheLa façon de mener ce dernier opus est bien rythmée, la complexité de la tâche du protagoniste s'accroissant rapidement, de façon à ce qu'il démontre son potentiel, non seulement à ses patrons, mais aussi au lecteur. J'ai aimé cette croissance rapide de la complexité des responsabilités, qui nous accroche à l'histoire d'un employé peu habitué aux enquêtes. Il devient vite un pro. J'ai aussi aimé la fin qui confirme sa valeur (fin spectaculaire!), reconnaissance du patron, etc. Mais tout de même une fin sentimentale qui va bien avec la sensibilité de Marco. - MTB

 

 

 

 

Tous droits réservés © 2021
Éditions PHILEAS

 

Conception par Propulsion PME